EXPERIENCE A L'ETRANGER PENDANT L'APPRENTISSAGE

Christel Steger se sent en Suisse orientale, sur la ferme de ses parents, son lieu de naissance. Bien qu'elle n'éprouve pas particulièrement un besoin d'aller à l'étranger, la jeune femme est partie il y a quelques mois pour l'Irlande.


Le courage de découvrir l'inconnu
Christel n'a pas eu elle-même l'idée de faire un stage à l'étranger. C'est son père qui l'a eue. En effet, il travaille comme expert pour les épreuves agricoles, et, selon Christel, il est toujours bien informé sur des sujets de ce genre. Bien que son père ait toujours été très enthousiaste des aspects positifs d'un séjour à l'étranger, Christel n'était pas totalement convaincue. Après quelques hésitations au début, la jeune femme de Suisse orientale est arrivée à la conclusion que la période de l'apprentissage est un moment idéal pour une aventure à l'étranger.


Organisation du stage
A l'automne 2017, Christel a envoyé son dossier de candidature à Agrimpuls, une des branches de l'Union Suisse des Paysans. Agrimpuls organise des stages à l'étranger pour les apprentis et les étudiants, donc aussi pour elle. Christel a pu postuler pour 5 pays: l'Allemagne, la France, le Danemark, les Pays-Bas et l'Irlande. Elle a finalement choisi ce dernier car elle préférait les paysages de l'île verte. De plus, en Irlande il serait possible d'apprendre l'anglais, une langue que Christel souhaitait acquérir. C'est ainsi qu'en février 2018 Christel a préparé ses valises et est partie en Irlande.


Arrivée en Irlande
Lors de son arrivée en Irlande, Christel a été très chaleureusement reçue par sa famille d'accueil. Celle-ci accueille depuis déjà plusieurs années des stagiaires de l'étranger. Les Irlandais sont très ouverts et bons, raconte Christel. Bien qu'elle soit une inconnue, elle a été emmenée partout. Elle a beaucoup apprécié cet accueil qui lui a facilité l'intégration dans ce pays.

 
Comme à la maison
Durant quatre mois, Christel Steger a travaillé sur la ferme de sa famille d'accueil, ferme de 130 hectares dans le comté de Cork, au sud de l'île. Sur ce domaine, il y a en tout 140 vaches laitières qui, comme un peu partout en Irlande, mettent bas de manière saisonnière. Il y a en plus 250 truies d'élevage et 2500 porcs à l'engrais, qui, à la grande surprise de Christel, sont affouragés manuellement.

Notre citoyenne d'Altstätten a été étonnée des horaires de travail: une journée normale commence vers 8  heures du matin par l'affouragement des porcs. Ensuite venait la traite des vaches et le nourrissage des veaux. Pendant la journée, elle s'acquittait de différentes tâches sur l'exploitation telles que déménager les porcs. Le soir, les porcs étaient nourris à nouveau avant que vers 19 heures, les vaches soient traites pour la deuxième fois.


Agriculture: Suisse vs Irlande
Pour Christel Steger, il a été très intéressant de vivre au quotidien comment l'agriculture est menée en Irlande. Elle a été particulièrement impressionnée par le système de pâturage total: les vaches passent pendant toute l'année le jour et la nuit sur le pâturage.

Elle a aussi vu beaucoup de choses en Irlande qui en Suisse ne seraient pas possibles pour des raisons légales. La détention des porcs en masse lui a semblé au début choquante, mais elle s'y est accoutumée au fil du temps. Les Irlandais ne connaissent pas d'autre méthode, raconte la jeune agricultrice. Christel Steger voit une très grande différence dans l'agriculture entre la Suisse et l'Irlande, au niveau de l'hygiène. Elle a vu plusieurs fois que le tank réfrigéré ne pouvait pas contenir tout le lait de la traite. La partie excédentaire a été versée dans des contenants non réfrigérés. Et de manière surprenante, ce lait a malgré tout été collecté, chose qui aurait été impossible en Suisse. 

 

 Christel Steger dans sa patrie, la belle vallée du Rhin dans le canton de St Gall.

Profiter de sa chance
Christel Steger rayonne d'enthousiasme lorsqu'elle raconte son stage en Irlande. La jeune agricultrice recommande à chacun de saisir l'occasion si un opportunité de faire un stage à l'étranger se présente.Elle souhaiterait repartir immédiatement en Irlande, dit Christel, car elle a vu beaucoup de choses nouvelles, et également beaucoup appris. En définitive, cela a vraiment valu la peine pour elle de tenter l'aventure en Irlande!

 
Informations supplémentaires
WLes personnes qui aimeraient bien faire un stage agricole durant leur apprentissage trouveront des informations supplémentaires sur le site internet d'Agrimpuls (www.agrimpuls.ch).

Agrimpuls
Laurstrasse 10
5201 Brugg
Tel. +41 (0)56 461 78 44
info@agrimpuls.ch

 

EXPERIENCE A L'ETRANGER PENDANT L'APPRENTISSAGE

Christel Steger se sent en Suisse orientale, sur la ferme de ses parents, son lieu de naissance. Bien qu'elle n'éprouve pas particulièrement un besoin d'aller à l'étranger, la jeune femme est partie il y a quelques mois pour l'Irlande.


Le courage de découvrir l'inconnu
Christel n'a pas eu elle-même l'idée de faire un stage à l'étranger. C'est son père qui l'a eue. En effet, il travaille comme expert pour les épreuves agricoles, et, selon Christel, il est toujours bien informé sur des sujets de ce genre. Bien que son père ait toujours été très enthousiaste des aspects positifs d'un séjour à l'étranger, Christel n'était pas totalement convaincue. Après quelques hésitations au début, la jeune femme de Suisse orientale est arrivée à la conclusion que la période de l'apprentissage est un moment idéal pour une aventure à l'étranger.


Organisation du stage
A l'automne 2017, Christel a envoyé son dossier de candidature à Agrimpuls, une des branches de l'Union Suisse des Paysans. Agrimpuls organise des stages à l'étranger pour les apprentis et les étudiants, donc aussi pour elle. Christel a pu postuler pour 5 pays: l'Allemagne, la France, le Danemark, les Pays-Bas et l'Irlande. Elle a finalement choisi ce dernier car elle préférait les paysages de l'île verte. De plus, en Irlande il serait possible d'apprendre l'anglais, une langue que Christel souhaitait acquérir. C'est ainsi qu'en février 2018 Christel a préparé ses valises et est partie en Irlande.


Arrivée en Irlande
Lors de son arrivée en Irlande, Christel a été très chaleureusement reçue par sa famille d'accueil. Celle-ci accueille depuis déjà plusieurs années des stagiaires de l'étranger. Les Irlandais sont très ouverts et bons, raconte Christel. Bien qu'elle soit une inconnue, elle a été emmenée partout. Elle a beaucoup apprécié cet accueil qui lui a facilité l'intégration dans ce pays.

 
Comme à la maison
Durant quatre mois, Christel Steger a travaillé sur la ferme de sa famille d'accueil, ferme de 130 hectares dans le comté de Cork, au sud de l'île. Sur ce domaine, il y a en tout 140 vaches laitières qui, comme un peu partout en Irlande, mettent bas de manière saisonnière. Il y a en plus 250 truies d'élevage et 2500 porcs à l'engrais, qui, à la grande surprise de Christel, sont affouragés manuellement.

Notre citoyenne d'Altstätten a été étonnée des horaires de travail: une journée normale commence vers 8  heures du matin par l'affouragement des porcs. Ensuite venait la traite des vaches et le nourrissage des veaux. Pendant la journée, elle s'acquittait de différentes tâches sur l'exploitation telles que déménager les porcs. Le soir, les porcs étaient nourris à nouveau avant que vers 19 heures, les vaches soient traites pour la deuxième fois.


Agriculture: Suisse vs Irlande
Pour Christel Steger, il a été très intéressant de vivre au quotidien comment l'agriculture est menée en Irlande. Elle a été particulièrement impressionnée par le système de pâturage total: les vaches passent pendant toute l'année le jour et la nuit sur le pâturage.

Elle a aussi vu beaucoup de choses en Irlande qui en Suisse ne seraient pas possibles pour des raisons légales. La détention des porcs en masse lui a semblé au début choquante, mais elle s'y est accoutumée au fil du temps. Les Irlandais ne connaissent pas d'autre méthode, raconte la jeune agricultrice. Christel Steger voit une très grande différence dans l'agriculture entre la Suisse et l'Irlande, au niveau de l'hygiène. Elle a vu plusieurs fois que le tank réfrigéré ne pouvait pas contenir tout le lait de la traite. La partie excédentaire a été versée dans des contenants non réfrigérés. Et de manière surprenante, ce lait a malgré tout été collecté, chose qui aurait été impossible en Suisse. 

 

 Christel Steger dans sa patrie, la belle vallée du Rhin dans le canton de St Gall.

Profiter de sa chance
Christel Steger rayonne d'enthousiasme lorsqu'elle raconte son stage en Irlande. La jeune agricultrice recommande à chacun de saisir l'occasion si un opportunité de faire un stage à l'étranger se présente.Elle souhaiterait repartir immédiatement en Irlande, dit Christel, car elle a vu beaucoup de choses nouvelles, et également beaucoup appris. En définitive, cela a vraiment valu la peine pour elle de tenter l'aventure en Irlande!

 
Informations supplémentaires
WLes personnes qui aimeraient bien faire un stage agricole durant leur apprentissage trouveront des informations supplémentaires sur le site internet d'Agrimpuls (www.agrimpuls.ch).

Agrimpuls
Laurstrasse 10
5201 Brugg
Tel. +41 (0)56 461 78 44
info@agrimpuls.ch